Bien comprendre le tarif freelance pour un client

Bien comprendre le tarif freelance est difficile, souvent vu comme venant d’un autre univers pour un client. A savoir que, toutes plus innovantes les unes que les autres, les idées sont omniprésentes dans nos têtes. Suite à la réalité liée à l’argent, peu d’entre elles sont mises en place. Contacter un freelance ou une agence est une évidence : nous réalisons techniquement le rêve du concepteur. Ainsi les travailleurs indépendants sont la cible d’une multitude de demandes. Toutes plus ou moins faisables. Cependant le commanditaire essaie (souvent) de négocier suite aux idées reçues sur les freelances et leur tarif. Et c’est pourquoi, cet article permet d’expliquer en quoi tirer sur la corde du tarif peut être contrariant.

Photographie d'une plante grandissant dans de l'argent avec un livre des comptes pour le tarif freelance

Des charges mécomprises pour un tarif freelance

En 2020, le salarié est assuré d’un salaire de 1 216€/mois pour 228 jours travaillés. L’indépendant alterne entre la période de travail, la période de congé, la période de gestion sans garantie et d’une période de prospection. Le salarié bénéficie de nombreux avantages comme le fait d’être sous contrat, de profiter de congés payés, d’obtenir le droit au chômage et d’avoir un lieu dédié au travail avec le matériel fourni. C’est une situation qui permet une stabilité et de s’épanouir à sa manière dans la vie.

Les personnes ayant choisis un autre mode de vie, tel qu’indépendant, se doivent de maintenir environ 44€/ heure. Cela prend en compte de nombreux aspect autre que la production active : la prospection, les congés non payés, les cotisations sociales, la retraite, l’assurance santé, le loyer (facultativement le coworking), les frais professionnels (électricité, internet, mobilier, téléphone, véhicules, matériels, licences, etc), la comptabilité, les impôts et les taxes. Autant d’éléments sont pris en compte afin de comprendre que la vie d’un indépendant est composée d’autant de facteurs. 😉

Prendre en compte le travail non-rémunéré

En dehors des périodes de chômage provisionnées, gardez en tête que chaque service effectué demande un travail préparatoire et du temps : gestion des retours, du temps demandé, rédaction du devis et facture, le brief, la livraison des fichiers, etc . Et ce dernier est non facturé. Ainsi, prospection, contact, communication, veille, et autres sont des tâches qui prenne de la place sur l’année  de travail d’un freelance. Cette partie invisible fait en sorte de nous rendre disponible pour un client. Elle fait partie du service car elle nous rend accessible, compétent et en règle pour eux. Et cela, sans rémunération contrairement à un salarié. C’est pour cela que le travailleur indépendant pratique un tarif qui semble colossal : il doit compenser ces jours. 😮

Photographie d'un agenda sur une table pour montrer l'organisation nécessaire pour le tarif freelance

La gestion de la disponibilité

Le freelance est à la disposition du client, il commence quand le client le demande, et s’arrête à la fin du besoin. Aucun engagement lie les deux parties. Lorsque je discute avec mes collègues freelance, ces derniers ont peu de mois planifier à l’avance, cela varie donc de quelques jours à 6 mois ! Lorsqu’aucune mission ne se présente, la période de creux est pour notre trésorerie. Cela justifie donc aussi une partie de son tarif.


En choisissant une prestataire freelance, le client accède à une service flexible avec une certaine liberté d’action. Ces dernières sont bien différentes d’un salarié embauché. Plus les contraintes sont lourdes, plus le tarif freelance varie en conséquence. Par simple analogie, pensons au magazine : un magazine acheté au numéro coûte plus cher qu’un abonnement.

Le freelance est une entreprise sans salarié

En raison de tous ces facteurs, le tarif journalier (TJM) admis par la plupart des professionnels, donc un freelance sans expérience, ni référence, se situe autour de 350€/jour minimum pour un tarif freelance convenable. Tandis qu’un salarié bénéficie d’un bon nombre d’avantages, le freelance peut subir des idées reçues sur les finances perçues en raison d’un chiffre considéré comme fort lors du devis. Si l’écart subsiste après une déduction équitable de deux côtés, évitons d’oublier le prix de la compétence et de la flexibilité. 😉